Incontestablement le fleuron des vignobles AUBERT depuis plus d’un siècle. Ce terroir unique, l’un des seuls situés sur le plateau calcaire aux portes du village de Saint-Emilion, produit, un grand cru classé de renommé internationale aux arômes subtils et fondus.

Fiche technique

 

Appellation : Saint Emilion Grand Cru Classé

 

Superficie : 7 hectares

 

Encépagement : 75 % merlot, 20 % cabernet franc, 5% cabernet sauvignon

 

Age moyen du vignoble : 35 ans

 

Nature du sol : plateau calcaire de Saint-Emilion, argilo-calcaire

 

Mode de conduite du vignoble : taille bordelaise à deux astes. Effeuillage manuel. Vendanges vertes.

 

Vinification : vendanges manuelles en cagettes avec sélection parcellaire.

Tri manuel minutieux suivi d’une mise en cuves bois tronconiques de petites contenances par convoyeur.

Macération pré-fermentaire à basse température. Pigeage manuel.  

 

Elevage 18 à 20 mois en barriques neuves de chêne français.

 

Responsable : Yohan Aubert

Histoire

 

L’histoire…

 

Au milieu du Moyen Age, La Couspaude était appelé « La croix Paute ». Ce nom lui vient de la croix qui se trouve près de son entrée ouest. Il s’agit d’une des nombreuses croix qui longent le chemin que faisaient les pèlerins lorsqu’ils se rendaient á Saint Jacques de Compostelle. En effet, l’église monolithe de Saint-Emilion était une étape importante sur leur route.

La Croix Paute était une partie de la seigneurie de Condat et de Barbanne. Originellement, c’était une propriété du Roi d’Angleterre, qui était aussi à l’époque le Duc d’Aquitaine. C’est à la fin de la guerre de 100 ans, qu’elle est devenue la propriété du Roi de France.

Durant le 16éme et le 17éme siècle, La Croix Paute a été administrée par la Jurade de Libourne. Jusqu’alors il n’y a aucune preuve de la présence des vignes sur l’exploitation. 

C’est en 1739, que pour la première fois, un acte de vente atteste d’un vignoble à La Croix Paute. Puis du 18éme au 19éme siècle, la propriété ne va pas cesser de changer de propriétaire.

En 1908, Jean-Prosper Robin, propriétaire du Château Sansonnet, achète la propriété voisine, La Couspaude, et la donne immédiatement à son fils André-Marcel. La succession de crises économiques et les guerres, ne permirent pas au château de retrouver son potentiel d’autrefois. Les efforts de la famille se sont plutôt tourné vers le Château Sansonnet, qui avec une production stable et son succès commercial, a permis de traverser cette période difficile.

La situation du Château La Couspaude restera inchangée jusqu’en 1963. Cette année-là, la fille d’André-Marcel, Edith Robin hérite du vignoble. Aidée par son mari, Etienne Aubert, d’une famille de producteurs de vin depuis plus de deux siècles, puis plus tard par ses enfants, Alain, Daniel et Jean-Claude, elle démarre une nouvelle ère pour le Château La Couspaude. Aujourd’hui Vanessa, Héloïse et Yohann rejoignent leurs pères et perpétuent cette belle histoire de famille.

 

La renaissance…

 

Lorsque la Famille Aubert entre en possession du Château La Couspaude en 1963, tous les problèmes, qui se sont accumulés au cours des années, se reflètent dans l’état de la propriété. Le vignoble présente beaucoup de pieds manquants et les bâtiments sont dans un très mauvais état, le principal handicap étant l’absence de chai sur la propriété elle-même.

La rénovation de La Couspaude va se dérouler en deux phases. Tout d’abord, c’est le vignoble qui est considéré comme le plus urgent. Un programme de replantation est donc lancé dès 1963, touchant 80% du vignoble. Cependant, à l’est de l’exploitation, une partie des vignes sont conservées (elles ont approximativement un  siècle de nos jours).

La seconde phase ne s’enclenchera qu’à partir du début des années 80, menée par les trois frères Aubert. Ils rénovèrent eux-mêmes les bâtiments, avec l’aide d’une petite équipe. Le chai tout équipé a été achevé en 1985. Mais tout aussi remarquable, la propriété présente une magnifique cave dans la roche calcaire et une salle de réception construite autour d’un mur supporté par trois arches.

Le travail effectué par la famille Aubert est récompensé en 1996, La Couspaude étant alors promu Grand Cru Classé dans la nouvelle classification des vins de Saint-Emilion.

Revue de Presse
 

Château La Couspaude 2012

 

Wine Advocate

#206 Apr 2013

Robert Parker

91     

Drink:

2013 - 2023

 

An attractive wine from the Aubert family, this well-endowed, spicy, fragrant 2012 La Couspaude offers a dense ruby/purple color along with aromas of balsam wood and kirsch liqueur, rich, medium-bodied flavors, and an early appeal because of its attractive texture, purity and overall balance. It should drink nicely for a decade or more.

 

 

James Suckling - TASTING REPORT: ALL THE NOTES, AND MORE THOUGHTS ON 2012 BORDEAUX

April 21th, 2013 : 91

Already shows a balance of delicious fruit, ripe tannins and chocolate, spice character. Full body,

integrated tannins and a fresh finish.

 

Matthew Jukes 2012 Bordeaux en Primeurs

scores : 17 / 20

 

The Wine Enthusiast - En Primeur, Day Two : The Magic of Merlot - Roger Voss  : 92

Barrel sample. Sweet wood aromas open this ripe, yet expertly balanced wine. Denseness on the palate

is complemented by black-currant acidity, yielding a lively, fragrant and fresh wine that finishes with lingering, attractive fruit. — R.V. (4/9/2013)

 

Jancis Robinson.com : 16 Drink 2015-2022

75% Merlot, 20% Cabernet Franc, 5% Cabernet Sauvignon. Deep greyish crimson. Lifted cherry fruit aroma. Sweet and chocolatey on the palate, tannins also chocolate textured. Malted milk and blackcurrant. Very polite and pretty gentle on the finish. (JH)

 

WEINVERSTAND EXTRA © ULRICH SAUTTER BORDEAUX 2012 – 02. MAI 2013 : Typ 1 (Finesse).

Sehr viel Holz, Karamell, dazu eine ausgeprägt balsamische Würze. Im Mund mit kräftigem, dichtem und gut reifem Tannin, unmittelbar cremig begleitet und aromatisch wieder Holz-geprägt mit Kaffee- und Vanillenoten. Deutlich mineralischer Kern. Wertung im Vertrauen auf die Existenz einer Frucht hinter dem Holz.

 

Château La Couspaude 2011

 

Wine Advocate

#200 Apr 2012

Robert Parker

92      

Drink:

2012 - 2027

 

This may turn out to be one of the finest La Couspaudes ever made now that Dr. Alain Raynaud is the consultant. A blend of 75% Merlot, 20% Cabernet Franc and 5% Cabernet Sauvignon, it is a ripe wine with a deep kirsch and raspberry-scented nose intermixed with better integrated toasty oak than I have seen in past vintages. Seriously endowed with loads of fruit and glycerin, an enticing texture, medium to full body and a long, clean, well-balanced finish, it can be enjoyed over the next 10-15 years.

 

 

Wine spectator – Web only - 2012 :   91/100

Designation: Barrel Tasting

Nice ripe, modern expression, with enticing fig, blueberry coulis and boysenberry notes and ample ganache on the finish. A touch amped up, but has the freshness for balance. –JM

 

 

Château La Couspaude

Saint-Emilion Grand Cru Classé